Les mégots

Les mégots

En France, le mégot pourrait presque être un symbole national aux côtés de la baguette et du béret. Selon les estimations, 1/3 de la population nationale, soit entre 15 et 16 millions de personnes sont fumeuses en France. Parmi ces fumeurs, nombreux sont ceux qui jettent leurs mégots par terre.

Il n’est pas rare d’observer ce petit déchet dans les rues ou encore sur les plages.

A closeup shot of a used cigarette thrown on the grass ground

Le mégot jeté à terre

Une fois jeté au sol, le mégot entame un long voyage. Il est acheminé de la ville jusque dans nos réseaux souterrains d’assainissement. Ainsi l’eau que nous filtrons en station d’épuration, destinée à la consommation, peut être contaminée par les substances des mégots qui sont susceptibles de survivre et de parvenir jusqu’à nous par notre réseau d’eau potable. Dans le monde 4 300 milliards de mégots par an sont jetés et retrouvés par terre, la France y contribue largement avec environ 70 milliards de mégots trouvés au sol d’après une étude de 2014.

Photo de Flora Westbrook sur Pexels.com

Les impacts du mégot

Un mégot met en moyenne 12 ans pour se dégrader dans la nature et contient plus de 4000 polluants dont des métaux lourds, de la nicotine et des résidus de pesticides, d’après le CIEAU. Le mégot se compose d’un filtre, et c’est celui-ci qui pose problème. En effet, le filtre du mégot est formé d’acétate de cellulose non biodégradable et peut mettre des années à se désagréger et continuer de répandre ses composants. Il n’existe aucune réglementation à l’échelle de la planète pour procéder à leur élimination et par conséquent, une très grande partie des mégots se retrouve dans la nature.

Un seul mégot peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau, ce petit déchet a de lourdes conséquences sur nos ressources en eau.

En Méditerranée ils constituent à eux seuls 40% des déchets de la Mer. La pollution des eaux va impacter la biodiversité marine, les poissons et autres organismes. Les mégots représentent par conséquent le 3ème déchet le plus mortel pour cette biodiversité.

Les mégots provoquent la mort des poissons par ingestion. En plus de ce danger d’intoxication lié à l’ingestion, s’ajoute la fausse impression de satiété, les poissons ne s’alimentent plus suffisamment et souffrent de sous-nutrition. 

 » On estime que 40 % des mégots

finissent dans les océans. »

OMS

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :